Le contenu

L’économie circulaire et les territoires

L’économie circulaire passe par la mise en mouvement des territoires. Confrontés aux limites du modèle économique linéaire, ceux-ci constituent des lieux d’expérimentation privilégiés en vue d’enclencher la transition. Les bonnes pratiques existantes doivent ensuite être valorisées et dupliquées en vue de faciliter le passage à l’échelle de l’économie circulaire.


Enjeux

Les conséquences du modèle économique linéaire sur les territoires sont nombreuses:

  • Perte d’attractivité économique et destructions d’emplois,
  • Dépendance vis-à-vis d’approvisionnements en ressources incertains et d’exutoires pour leurs déchets,
  • Raréfaction des ressources, changement climatique et autres pressions environnementales,
  • Urbanisation croissante et vieillissement des infrastructures,
  • etc.

La diversité des territoires (zones urbaines, péri-urbaines et rurales), de leur contexte socio-économique et environnemental et de leur dynamisme implique de trouver des solutions adaptées et intégrées. L’économie circulaire propose un cadre de référence innovant répondant à ces besoins.


Opportunités

L’économie circulaire constitue une opportunité d’optimisation de l’utilisation de ressources, de renforcement de l’attractivité des territoires et de création d’emplois.

  • RELOCALISATION DE L’ACTIVITÉ ET CRÉATION D’EMPLOIS

L’économie circulaire permet de stimuler le développement économique territorial et la création d’emplois en intensifiant l’usage des ressources locales. Elle contribue à relocaliser des activités intensives en main d’oeuvre humaine et crée de nouveaux métiers non-délocalisables.

  • MODERNISATION ET ATTRACTIVITE DES TERRITOIRES

La modernisation des territoires est indispensable pour renforcer leur attractivité et les doter des outils nécessaires pour s’épanouir dans une économie mondialisée. Elle s’appuie notamment sur le renouvellement des infrastructures existantes et la révolution numérique, deux leviers au cœur de l’innovation.

  • RÉSILIENCE DES TERRITOIRES ET APPROVISIONNEMENT DURABLE

La mise en place de l’économie circulaire permet aux territoires de renforcer leur résilience en limitant leur dépendance aux flux de matières et d’énergie entrants. En tablant sur les circuits courts et les filières d’approvisionnement durable locales, les territoires seront capables de réduire leur empreinte environnementale et de renforcer leur autosuffisance. 

  • BOUCLES DE VALEUR VERTUEUSES

Nécessitant une main d’oeuvre importante, la réparation, le réemploi et le recyclage permettent de générer d’importants bénéfices socio-économiques pour les territoires tout en réduisant l’impact de l’activité humaine sur l’environnement. Ces boucles vertueuses peuvent en outre favoriser le retour à l’emploi de personnes en situation d’exclusion, via l’engagement du secteur de l’économie sociale et solidaire.

  • RENFORCEMENT DES LIENS SOCIAUX ET DE LA GOUVERNANCE TERRITORIALE

L’économie circulaire s’appuie sur la mise en réseau et la coopération de l’ensemble des forces vives de l’économie locale, des grandes entreprises au tissu associatif et citoyen. Elle est vectrice d’une nouvelle gouvernance territoriale inclusive et positive, qui s’appuie notamment sur les technologies de l’information et de la communication génératrices de nouvelles pratiques sociales d’entraide et de co-construction.


Stratégie

Pour se saisir des opportunités de la transition vers l’économie circulaire, les territoires doivent se doter d’une stratégie globale et d’outils de pilotage intégrés adaptés au contexte local.

Concrètement, l’économie circulaire constitue une déclinaison opérationnelle du triptyque économie/social/environnement du développement durable.

La stratégie économie circulaire d’un territoire est constituée de cinq axes inter-connectés et non-hiérarchisés :

  • APPROVISIONNEMENT DURABLE

Il s’agit de développer la consommation responsable à l’échelle du territoire, en s’appuyant sur le rôle d’exemplarité des acteurs publics. Plusieurs leviers peuvent être déployés à cet effet tels que la mise en place de circuits de proximité, de monnaies complémentaires ou la promotion des matières et des énergies renouvelables. L’information des acheteurs publics et privés joue un rôle clé dans le déploiement de ce pilier.

  • ECO-CONCEPTION A L’ECHELLE DU TERRITOIRE

L’éco-conception vise à optimiser dès la conception l’efficacité d’usage d’un bien ou d’un service, et à réduire son impact environnemental sur l’ensemble du cycle de vie (conception – construction – usage – fin de vie). A l’échelle d’un territoire, cette méthode doit être appliquée à l’ensemble des projets de développement et de modernisation des services publics. En intégrant l’éco-conception aux plans d’aménagement du territoire, les collectivités renforcent la résilience et la viabilité de leurs investissements sur le long terme.

  • ECOLOGIE INDUSTRIELLE ET TERRITORIALE

L’écologie industrielle et territoriale vise à optimiser les flux de matière et d’énergie à l’échelle du territoire en développant des synergies entre les acteurs économiques. Il est indispensable de construire et d’entretenir une animation active au service d’un développement économique durable en donnant un rôle clé aux entreprises locales. La mise en oeuvre de synergies transversales et le décloisonnement des silos économiques traditionnels renforcent la compétitivité du tissu industriel.

  • TERRITOIRE DU PARTAGE

Pour optimiser l’usage des biens et ressources, les territoires doivent favoriser leur partage entre plusieurs usagers. Les deux principaux vecteurs pour réaliser cette transformation sont l’économie de fonctionnalité, qui vise à substituer la vente d’un bien ou d’un service par l’usage de celui-ci, et l’économie collaborative, qui vise à mutualiser les biens, les outils, les espaces et les savoirs. Pour ce faire, les collectivités doivent s’appuyer sur la mise en place de réseaux et de plateformes, physiques ou immatérielles.

  • TERRITOIRE 3R

Le dernier pilier, davantage centré sur la fin de vie des produits, est structuré autour du triptyque des 3R : réduire, réutiliser et recycler. Il s’inscrit dans une optique de réduction du gaspillage et de gestion efficace des déchets, et passe par la prévention, le tri et collecte sélective, ainsi que la valorisation optimisée des déchets. En accord avec la hiérarchie de traitement des déchets, il permet de « boucler la boucle » et de transformer les déchets en ressources.

Plusieurs outils doivent être mobilisés au niveau du territoire pour mettre en oeuvre ces cinq piliers stratégiques : commande publique, formation des agents territoriaux, programmes de sensibilisation, plateformes et de mise en réseau, plans d’aménagement du territoire, leviers fiscaux et réglementaires, soutien à l’innovation, etc.