Le contenu

L’Institut et les entreprises

L’Institut national de l’économie circulaire travaille de concert avec les entreprises en vue d’identifier et de lever les freins au développement d’un modèle économique circulaire efficient. En effet, la transition vers l’économie circulaire implique un changement profond de notre système de production, qui nécessite de réunir l’ensemble des acteurs économiques. Les entreprises ont un rôle prépondérant dans ce virage systémique, et doivent trouver des solutions innovantes pour transformer leur modèle d’affaires. L’Institut met en oeuvre divers moyens d’action pour les accompagner et accélérer la transition vers l’économie circulaire.


La mise en réseau des acteurs

Fort de ses 200 membres (entreprises, collectivités, associations, universités), l’Institut met en relation les différents acteurs engagés dans la transition vers l’économie circulaire. Cette mise en réseau permet de faire remonter des problématiques communes aux acteurs d’un même secteur ou de secteurs différents, et de faire émerger des solutions qui soient réellement adaptées aux réalités de terrain.

La rencontre d’acteurs économiques permet l’émergence de synergies inter-entreprises, et la participation de professionnels de la recherche et de start-ups favorise l’apparition d’initiatives innovantes. Par ailleurs, la remontée d’informations des acteurs professionnels est accélérée par l’implication des pouvoirs publics.

Cette mise en réseau s’effectue au cours des divers événements de l’Institut (groupes de travail, commissions, conférences, petits-déjeuners thématiques, remises de prix…), mais aussi par le biais des canaux numériques, tels que les plateformes que l’Institut coordonne.

Petit-déjeuner thématique « L’économie circulaire et le numérique » novembre 2017

 


L’Institut, un relais institutionnel

L’Institut, en tant que structure référente sur l’économie circulaire en France, effectue un travail important avec les Institutions françaises et européennes. Les propositions d’avancées réglementaires et de politiques publiques des membres de l’Institut sont portées de diverses manières par ce dernier.

Présent à de nombreux ateliers de travail ministériels permanents comme provisoires, l’Institut participe notamment au Conseil national de l’industrie, et s’est investi sur l’intégralité des groupes thématiques des Etats généraux de l’alimentation, ainsi que de la Feuille de route nationale pour l’économie circulaire. L’Institut travaille également en collaboration avec les différents syndicats et fédérations pour écouter les différentes problématiques et mieux effectuer le plaidoyer de l’économie circulaire.

Les résultats des études menées par l’Institut à la demande de ses membres sont portées aux niveaux ministériel et parlementaire, afin que les conclusions des travaux de recherche aboutissent à des avancées en termes réglementaires et d’action politique. La loi de transition énergétique pour la croissance verte a par exemple donné naissance à une disposition sur l’obligation de mise à disposition de pièces de réemploi par les professionnels de l’automobile grâce à l’action politique de M. François-Michel Lambert, Président de l’Institut.

Par ailleurs, l’Institut porte ses revendications au niveau européen, en tant que membre de la Plateforme européenne de l’économie circulaire, coordonnée par la Commission européenne et le Comité économique et social européen. Ses travaux servent directement d’aide à la décision pour les institutions européennes en matière d’économie circulaire.

Réunion de la plateforme multi-acteurs de l’économie circulaire européenne, décembre 2017

 


Le travail de recherche et de formation

  • LA FORMATION DES ACTEURS :

Il est également nécessaire de baser les actions menées sur un vocabulaire technique maîtrisé et partagé par l’ensemble des acteurs. Pour cela, l’Institut national de l’économie circulaire propose des formations à tous types d’entreprise et de secteurs, pour alimenter leur connaissance du sujet. C’est par exemple par le biais de formations transversales et inter-filiales que des grands groupes réunissant plusieurs activités peuvent se transformer afin de rallier la transition.

Fort de son expertise, l’Institut est en mesure de proposer un accompagnement personnalisé aux entreprises, et de les assister dans leur appropriation du concept d’économie circulaire. En identifiant les opportunités spécifiques liés à l’adoption d’un modèle plus circulaire au sein de leur secteur d’activité, l’Institut permet aux entreprises d’adopter une stratégie d’économie circulaire visant à gagner en compétitivité et résilience.

  • LA RECHERCHE DE FREINS ET LEVIERS POUR CHAQUE SECTEUR OU ACTIVITÉ

De nombreuses entreprises ont déjà pris conscience des opportunités que présente l’économie circulaire. Cependant, une fois au fait des potentialités, les filières se retrouvent parfois confrontées à des obstacles de diverses natures, empêchant le développement d’innovations nécessaires à la transformation du système. Aussi, le rôle de l’Institut est de soutenir ces solutions circulaires en identifiant les freins et leviers à leur déploiement, via la production d’études documentées. Cette expertise, construite selon une approche neutre, non partisane et transversale, est ensuite portée auprès des décideurs publics et privés.

Ces recherches sont également valorisées à travers des événements de portée nationale, adressés à l’ensemble des administrations, étatiques comme régionales, et l’ensemble des acteurs privés concernés par ces sujets.


Communication et mise en valeur des bonnes pratiques

En adhérant à l’Institut national de l’économie circulaire, les entreprises bénéficient d’un ensemble de solutions communicationnelles qui permettent de mettre en valeur leur activité et bonnes pratiques, afin de structurer la transition.

Dans un premier temps, l’Institut propose de nombreux événements qui facilitent la mise en réseau et le partage des bonnes pratiques. En devenant membre, les entreprises partenaires ont notamment la possibilité de présenter leurs travaux et leurs innovations lors de réunions thématiques regroupant des participants de haut niveau (ministères, territoires, entreprises, universités et associations).

Par ailleurs, dans un objectif de communication plus étendue, l’Institut organise en partenariat avec le ministère de la Transition écologique et solidaire les Trophées de l’économie circulaire à chaque printemps. Ces Trophées visent à valoriser les initiatives et démarches innovantes dans le domaine de l’économie circulaire, et promouvoir les structures actrices du changement.

Cérémonie de remise des Trophées 2016

 

 

Enfin, l’Institut est pilote de plusieurs plateformes numériques qui permettent de compiler l’ensemble des initiatives innovantes et de mettre en valeur ses membres :

  • À travers son site internet, l’Institut publie les actualités et valorise les bonnes pratiques de ses membres. Aussi bien consulté par les experts du sujet que par des personnes qui le découvrent, le site constitue donc une vitrine pour les adhérents. Il dispose également également d’un « espace membre » spécifique, qui, associé à la newsletter de l’Institut, fournit également une veille complète sur les activités de l’association et de l’économie circulaire plus généralement.
  • La plateforme economiecirculaire.org compile l’ensemble des initiatives qui font avancer la transition vers l’économie circulaire, sur tout le territoire national. Cette plateforme open-source, gratuite et collaborative est ouverte à tous, ce qui lui confère une audience importante. A mi-chemin entre le wiki et le réseau social, elle comprend également un agenda, des communautés de partage et de discussion, ainsi qu’un centre de ressources documentaire . Cette plateforme, ainsi que ses portails territoriaux genie.ch (Canton de Genève), eclaira.org (Région Auvergne-Rhône-Alpes) et recita.org (Région Nouvelle-Aquitaine, rassemble un réseau de 2 200 membres et plus de 350 initiatives.

L’Institut est également très présent sur les réseaux sociaux où il est capable de toucher une large communauté d’acteurs.


Les groupes de travail de l’Institut

L’Institut organise des groupes de travail ouverts à la participation de ses entreprises membres, et accueillant des experts extérieurs, pour engager une réflexion collective sur différentes thématiques.

La Commission juridique de l’Institut, dirigée par Maître Arnaud Gossement, a pour objectif de décrypter l’actualité législative, réglementaire et jurisprudentielle aux membres de l’Institut. La Commission Commande publique est, elle, coordonnée par l’ObsAR et l’Institut, et travaille à la meilleure prise en compte de l’économie circulaire dans les achats publics. La Commission Europe, dirigée par M. Igor Bilimoff, Président de l’UNICEM, vise à présenter les actualités européennes en matière d’économie circulaire et mettre en évidence les bonnes pratiques dans les différents pays membres. Le Groupe de travail Systèmes agricoles et agroalimentaires, identifie des freins et des leviers à la mise en place d’un modèle agricole durable. Enfin, le Groupe de travail Indicateurs vise à construire des indicateurs d’économie circulaire pour le pilotage et le reporting des entreprises et des organisations.