Le contenu

Nos voeux 2019 – Une année nouvelle apporte des ambitions fortes

François-Michel LAMBERT, Président Fondateur de l’Institut National de l’Économie Circulaire, partage les voeux de l’Institut pour l’année 2019.

En cette année 2019 nous pouvons nous autoriser à espérer une nouvelle dimension pour l’économie circulaire, l’économie de la ressource, en France, en Europe, au niveau planétaire.

Certes, le jour du dépassement se produira probablement plus tôt que jamais, traduisant une société humaine gaspillant plus de ressources que ce que la planète nous donne.

Cependant la conscience de cette urgence devient planétaire, bien moins médiatisée que la question climatique, l’économie circulaire pénètre de plus en plus vite dans le cœur des systèmes économiques, dans les politiques publiques de développement.

Six ans après le lancement de l’Institut National de l’économie circulaire, et après une année 2018 marquée en France par la présentation par le Premier Ministre, en avril, de la Feuille de Route de l’Economie Circulaire, proposant des actions dans la continuité de la loi Transition Énergétique pour une Croissance Verte de 2015, l’Union Européenne en fait un axe majeur d’actions pour rapprocher des économies disparates en un projet commun d’un continent aux ressources naturelles fortement limitées.

De par le monde, l’intérêt devient très fort pour cette économie qui fonde le développement sur la productivité accrue des ressources, pour mieux les utiliser, mieux les exploiter, mieux les préserver.

L’économie circulaire est également perçue par les territoires insulaires, dépendants d’un cordon ombilical depuis le continent, comme le chemin à emprunter pour un développement soutenable, cette volonté est affichée par les DOM Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion et Mayotte.

L’année écoulée fut aussi celle au cours de laquelle les acteurs économiques ont pris en compte l’économie circulaire comme cœur du modèle de demain, comme ce fut le cas du colloque en Espagne « Comment les nouvelles technologies vont permettre l’accélération de l’économie circulaire », avec 1500 représentants du monde économique, des ministres et chefs de gouvernement, 3 prix Nobel et l’ancien Président Barack Obama, colloque où nous étions les seuls français présents. Par cet exemple je souhaite indiquer que les entreprises ne doivent plus considérer que l’économie circulaire serait le moindre mal d’un modèle producteur de déchets, et au contraire en faire le moteur d’un nouveau paradigme de développement économique fondé sur la création de plus richesses avec moins de ressources exploitées.

Pour y parvenir nous devons explorer toutes les dimensions de ce qui fait notre société : repenser la fiscalité pour orienter les modèles économiques vers cette efficience, introduire de nouveaux cadres règlementaires pour guider les modèles de consommation, diriger les incitations vers les solutions technologiques et organisationnelles répondant à cet enjeu, revoir nos formations pour de nouvelles compétences, repenser la communication pour des changements de comportement en résonance avec cette société de la ressource.

L’Institut National de l’économie circulaire sera force de propositions. Nous allons continuer à explorer des champs de transformation. En 2018 ce fut la question de l’eau, des indicateurs d’entreprises, des systèmes agricoles, des achats publics’ etc …En 2019 nous continuerons ces travaux et travaillerons sur les questions technologiques (apport du numérique pour accélérer l’économie circulaire, remanufacturing, logistique,…), sur les dimensions sociétales (notamment les monnaies complémentaires ou le revenu garanti atouts ou risques pour une société d’efficience dans l’usage des ressources ?). Sans oublier la question de nouvelles formes de comptabilité, dans la suite de la loi PACTE, avec une expérimentation sur la comptabilité extra-financière auprès de 10 entreprises du Sud de la France.

Nous porterons ainsi cette économie circulaire, pour accompagner la constante évolution de la société humaine vers un équilibre crucial entre économie, social et environnement. Et ce dès 2019 en France dans la loi à venir sur l’économie circulaire, dans des initiatives territoriales, dans des propositions multiples.

Au niveau de l’Europe nous sommes présents en tant que représentant français à la plateforme de l’économie circulaire du Conseil Economique et Social Européen, nous élargirons notre capacité d’influence pour saisir immédiatement le nouveau parlement européen et la nouvelle commission européenne attendues au 2eme semestre 2019.

Au-delà, ce sont des liens de plus en plus étroits avec d’autres pays du monde entier, avec les gouvernements ou des structures comme la nôtre, qui permettent la diffusion et l’enrichissement de cette mutation de modèle.

Je tiens à remercier tous les membres de l’Institut National de l’économie circulaire qui nous font confiance pour donner à notre société des clefs de transformation positive, créatrice de richesses et d’emplois, répondant aux enjeux environnementaux, pour aller de l’avant collectivement. Ce sera aussi un des enjeux de notre action, resserrer les liens entre les membres, indispensables partenaires, leurs richesses différentes doivent être partagées.

Bonne année circulaire

Bonne année 2019

François-Michel Lambert, Président de l’Institut National de l’Économie Circulaire


Article publié le : 7 janvier 2019