Le contenu

Publication Etude « Accélérer la récupération de chaleur en ville : les solutions décentralisées – Focus sur la boucle d’eau tempérée »

Dans la lignée de l’étude publiée en 2020 sur la participation de la filière des pompes à chaleur dans l’atteinte des objectifs fixés par les politiques publiques environnementales, l’INEC s’associe à France Energie pour réaliser un focus sur la récupération de chaleur grâce à la boucle d’eau tempérée et sa participation à la transition vers l’économie circulaire.

La récupération de chaleur s’avère être une opportunité majeure afin d’augmenter la part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique français.

Alors que la Commission Européenne a publié la Renovation Wave Strategy le 14 octobre 2020, que la France doit doubler sa part d’énergies renouvelables et de récupération d’ici 2030 pour atteindre 32% de la consommation d’énergie (loi Royal) et priorise, entre autres, la rénovation thermique des bâtiments dans son Plan de Relance, les technologies de récupération de chaleur et de production décentralisée doivent être encouragées.

L’économie circulaire, dont l’un des piliers est l’approvisionnement en ressources locales, soutient la valorisation de calories dites « fatales » in si-tu pour produire de la chaleur et de froid.

François-Michel Lambert, Député et Président de l’Institut National de l’Economie Circulaire, déclare : « Pour répondre au défi de la transition énergétique, il ne suffit pas de produire toujours plus d’énergie renouvelable mais il faut d’abord exploiter les nombreuses sources de chaleur en ville autant d’opportunités à récupérer et à réinjecter. La chaleur fatale des villes est un gisement déjà disponible, compétitif et inépuisable. Nous devons définir une stratégie ad’hoc pour l’exploiter pleinement. »

TELECHARGER L’ETUDE

Dans cette étude, l’INEC propose une quantification du potentiel de récupération de chaleur en ville et les manières de mieux l’exploiter.

La récupération de chaleur en ville permet, selon les calculs de France Energie, de diminuer de 20% la consommation de chaleur et de froid des bâtiments collectifs.

  • Sur le territoire du Grand Paris, cela représente une économie de 3,4 TWh/an pour les immeubles tertiaires, soit la consommation annuelle d’énergie de la métropole de Nîmes (250 000 habitants).
  • Egalement, sur le territoire du Grand Paris, cela représente une économie de 1,0 TWh/an pour les logements collectifs, soit la consommation annuelle d’énergie de la ville de Colmar (70 000 habitants).

La boucle d’eau tempérée est une technologie qui permet de récupérer la chaleur en excès dans les bâtiments (façade ensoleillée, cuisine, eaux usées…) pour la rediffuser dans les pièces, au plus près des besoins, grâce à des pompes à chaleur raccordées sur la boucle.

Henri Marraché, Directeur général de France Energie, déclare : « La France peut devenir le leader européen de la récupération de chaleur en ville car elle dispose de technologies innovantes qui ont déjà fait leurs preuves. »

D’autres technologies, présentent également l’avantage de récupérer les calories fatales et s’inscrivent dans l’économie circulaire et l’aprprovisionnement durable : c’est le cas de Qarnot Computing ou de Feng Tech, dont l’étude fait mention.

Afin d’accélérer le développement de la récupération de chaleur en ville, l’INEC recommande de :

  • Construire une meilleure connaissance du potentiel de la récupération de chaleur décentralisée en ville et de ses technologies via la réalisation d’études quantitatives
  • Encourager la récupération de chaleur décentralisée dans la commande publique pour la rénovation énergétique des bâtiments publics
  • Faire bénéficier du Fonds Chaleur de l’ADEME la récupération de chaleur décentralisée

TELECHARGER L’ETUDE

Contacts : Adrian Deboutière et Amélie Vaz

 


Article publié le : 6 novembre 2020